Focus sur le métier de Paysan herboriste

Focus sur le métier de Paysan herboriste

Résumé

Chronique sur les métiers issus de l’agriculture ou de l’artisanat

Épisode 4 Paysan herboriste ou producteur de plantes aromatiques ou médicinales  

Pour ce dernier épisode de l’été concernant des métiers anciens que l’on voit de plus en plus réapparaître. Celui-ci nous tient à cœur tant, la richesse de compétences est dense. Respect !

Note historique

Difficile de préciser l’époque exacte tant l’activité de cueillette est ancienne. La culture des plantes sauvages et médicinales fait partie de notre patrimoine toute cultures confondues.

Le métier de producteur fut longtemps assimilé à la production maraîchère et céréalière ; le métier d’herboriste étant réservé à un corps médical malmené par la législation responsable progressivement de sa disparition.

Les prémices de l’industrie pharmaceutique puis sa transformation en industrie chimie n’ont laissé qu’une portion congrue à ce beau savoir-faire.

Ces dernières années marquent un tournant avec un véritable engouement pour la consommation responsable. Ainsi, le métier se développe.

Tout comme le métier de Paysan-boulanger décrit sur notre blog cet été, celui de Paysan-herboriste imagine une maîtrise du savoir-faire de bout en bout.

Attachons-nous plutôt aux professionnels de la Bio qui exercent non pas un métier, mais plutôt une passion ! 

Quelles qualités et quelles compétences ?

Le métier est complexe. Tout d’abord botaniste, le métier repose avant tout sur la connaissance parfaite d’un nombre incalculable de plantes. Certes, certains professionnels se spécialisent dans une activité particulière comme la lavande sans avoir le besoin d’être incollable sur d’autres plantes.

Pour les cueillettes sauvages, c’est comme pour les champignons, une connaissance imparfaite vous transforme rapidement en empoisonneur !

Ensuite, lorsque la transformation en huiles, hydrolats ou aux autres préparations opère, il s’agit de devenir distilleur, et même cuisinier.

Sens de l’observation, rigueur, méthode, patience et minutie sont les qualités nécessaires.

Comme pour l’ensemble des métiers de l’artisanat, la polyvalence est de mise. Nous ne répéterons jamais assez qu’il s’agit aussi d’être bon en gestion et doté d’un véritable sens commercial.

Les étapes principales du métier

Bien sûr, le métier peut être morcelé entre plusieurs professionnels qui œuvrent tour à tour.

La tendance est cependant au regroupement avec une tradition artisanale selon des principes dictés par l’agroforesterie. Préserver les ressources sans appauvrir la terre est un présupposé.

  • Reconnaissance des plantes
  • Culture, cueillette et transformation
  • Effeuillage, mondage, tronçonnage et séchage
  • Distillation pour les huiles essentielles et les hydrolats
  • Cuisine pour les sirops, pestos et autres préparations
  • Conditionnement

Comme pour beaucoup d’autres professions, celle de paysan herboriste peut s’exprimer de beaucoup de façons et chacun trouve sa spécialité au grès de ses envies.

Tout dépend aussi de la localisation. Les plus chanceux se trouvent en moyenne montagne afin de compléter leur production par des cueillettes sauvages. Pas d’entreprises à grande échelle, mais plutôt des exploitations de taille humaine.

Le mode d’ordre : respect de la nature et du consommateur !

L’aventure vous tente, nous ne pouvons que vous conseiller de vous rapprocher des professionnels de votre région. L’envie de transmettre est souvent très forte.

Pour aller plus loin :

FEDERATION DES PAYSAN.NE.S HERBORISTES

Partager :FacebookTwitter
Rejoignez la discussion