Focus sur le métier de Paysan-boulanger
paysan boulanger

Focus sur le métier de Paysan-boulanger

Résumé

Chronique sur les métiers issus de l’agriculture ou de l’artisanat
Episode 1 Paysan-boulanger

Il existe des métiers émergents et parmi eux, nous avons choisi de vous parler d’un métier qui force l’admiration, celui de paysan-boulanger.

Pourquoi ? 

Tout simplement parce qu’un paysan-boulanger ne possède pas un savoir-faire, mais regroupe finalement plusieurs métiers. Celui d’agriculteur, puis celui de meunier et finalement celui de boulanger. C’est donc un métier à compétences agricoles et artisanales. Au-delà, il s’agit d’assurer une gestion excellente de l’exploitation.
Chez BioToutCourt, nous l’apprécions, car c’est un métier fait de connections depuis l’exploitation de la terre jusqu’au consommateur de pain. La boucle est bouclée !

Au contraire d’un métier de céréalier, celui de paysan-boulanger ne nécessite pas l’exploitation de surfaces agricoles très larges. 
Le métier nécessite aussi un équipement maximum. Il s’agit d’être équipé en matériel de production, puis de stockage du grain, puis de meunerie et enfin de boulangerie. 
Amusons-nous à comptabiliser le nombre d’outils nécessaires : depuis l’indispensable tracteur, ajoutons semoir, herse, charrue, trieur de stockage, moulin, pétrin, four sans compter de tout le petit matériel de fabrication du pain.

Heureusement que les CUMA existent, car elles permettent la mise en commun de certains types de matériels agricoles. 

La culture des céréales est souvent, à surface égale, très diversifiée. Les rotations sont beaucoup plus longues et bien meilleures pour la terre.
Le paysan-boulanger sème d’autres céréales que le blé comme le seigle, le sarrasin, l’épeautre ou encore le maïs. Cela permet de proposer une panification très hétérogène tout en demandant des capacités de stockages organisées.

Le travail de meunerie se fait à l’ancienne avec des meules en pierre. Les farines n’en sont que plus diététiques.
La fermentation des pâtes est par tradition faite au levain naturel. Les pains révèlent des saveurs beaucoup plus élaborées. 
Ajoutons une couche dédiée à la commercialisation, la liste s’allonge

De bons résultats de vente constituent l’élément indispensable pour que l’on arrive à un équilibre financier et à une rentabilité de ses investissements. 
Plus on distribue ses produits en circuits courts de type vente directe et plus on augmente ses marges. 
Il n’est donc pas rare que les paysans-boulangers choisissent un fournil sans boutique (coûteuse en investissement). La vente est ainsi assurée sur les marchés, en amap, en association, partout où le paysan-boulanger trouvera une clientèle fidèle et avertie

Autrement dit, c’est un métier de passionné dédié aux personnes courageuses et motivées. 

Il ne peut pas être pratiqué en amateur et nécessite de réelles compétences. 

Le métier de paysan-boulanger est aussi la preuve évidente qu’une autre agriculture est possible !

Avant de vous lancer dans l’aventure, allez à la rencontre de paysans-boulangers en activité. 
Formez-vous aux différents métiers et lancez-vous !
BioToutCourt sera là pour vous apporter un outil de prise de commande et de paiement gratuit qui vous fera gagner du temps en même temps qu’une mise en avant de votre savoir-faire partout sur la toile et au-delà.

Quelques témoignages :

https://www.terre-net.fr/actualite-agricole/economie-social/article/edouard-bertran-une-reconversion-accomplie-comme-paysan-boulanger-202-145891.html

https://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-pern-35190/saint-pern-un-nouveau-paysan-boulanger-la-ferme-du-pressoir-6544499

Partager :FacebookTwitter
Rejoignez la discussion