Les mauvaises herbes peuvent être utiles !
Les mauvaises herbes utiles ? Chez BioToutCourt, c'est un grand OUI !
Pissenlits

Les mauvaises herbes peuvent être utiles !

Résumé

Et si les mauvaises herbes étaient en réalité utiles ? Faisons un point sur leurs avantages non négligeables !

Que vous ayez un jardin potager ou fleuri, du gazon ou de belles jardinières, vous les connaissez et elles vous mènent peut-être la vie dure… Les mauvaises herbes sont parmi nous ! Bien souvent, les plantes qui souffrent de la réputation de mauvaises herbes sont traquées, arrachées, déplantées, voire aspergées de pesticides (horreur !)… En outre, elles finissent par être éliminées. Mais ces fameuses plantes doivent-elles réellement disparaître à tout prix ? Les mauvaises herbes peuvent-elles être utiles ? Pourquoi faut-il les garder ? Et qu’en faire ? Cette semaine, BioToutCourt vous propose un focus sur les plantes dites « indésirables » qui gagnent à être reconnues.

Les mauvaises herbes, utiles ou vraiment mauvaises ?

Liseron, prêle, chardon des champs, chiendent, ortie… Si vous êtes adepte des jardins aseptisés, elles vous mènent peut-être la vie dure. Pourtant, si ces herbes ne sont pas esthétiques et ne poussent pas là où vous le souhaiteriez, elles n’en sont pas « mauvaises » pour autant. Indésirables ? Peut-être. Une explication s’impose.

Tout d’abord, il faut savoir que ces plantes ne sont pas toxiques. L’ortie est urticante, et le chardon des champs n’est pas très agréable à caresser, soit. Mais elles sont bonnes pour votre santé ! Ortie, chardon, ronces, plantain, pissenlit… Si vous êtes sûrs (mais vraiment sûrs) de ce à quoi vous avez affaire, vous pouvez profiter de ces plantes pour les transformer ! Compost, onguents, tisanes, paillis… Un peu comme les épluchures, vous pouvez en faire plein de bonnes choses. À condition bien évidemment de ne pas les avoir aspergées de désherbant avant. Bien souvent, ces mauvaises herbes sont utiles et excellentes pour notre organisme.

Un signe de bonne santé !

Et oui, qui l’eut cru ? Ces herbes taquines sont un bon signe pour votre jardin.

Tout d’abord, si elles poussent, c’est pour protéger votre terre. Bien que certaines espèces semblent étouffer vos beaux massifs, elles poussent là où elles ont la place. Et cela signifie bien souvent que la terre est à nu. C’est donc une défense, une barrière naturelle et auto-régulatrice pour votre bout de terrain. Les mauvaises herbes évitent donc que votre terrain sans couvert, et forment une protection… Mais pas que !

Nous aimons tous avoir de jolies petites bêtes dans nos jardins, comme des papillons. Et ce n’est pas un secret, avant d’avoir un papillon, il faut une chenille. Alors sachez que beaucoup d’espèces sont très friandes des fameuses mauvaises herbes que vous vous échinez à arracher. Par exemple, les orties accueillent beaucoup d’espèces : Paon-du-jour, Vulcain, Petite Tortue… Mais les graminées, les ronces et autres espèces d’herbes « indésirables » accueillent ces jolis spécimens. De quoi apporter des touches de couleur dans votre écrin de verdure. En clair, les mauvaises herbes sont utiles : elles maintiennent la santé de votre sol, et servent la biodiversité.

Et les mauvaises herbes, elles sont utiles pour mes autres plantes ?

Oui… Et non, tout dépend. En principe, les mauvaises herbes ne sont pas mauvaises pour vos fleurs lorsqu’elles ne sont pas trop envahissantes. Au contraire ! Les végétaux savent bien mieux cohabiter que nous, humains, ne savons le faire. Les plantes produisent en fait des réactions biochimiques entre elles. Parfois négatives, mais aussi positives.

Et les racines de vos mauvaises herbes ont un autre avantage : elles permettent d’aérer le sol, et de laisser la place à des champignons microscopiques. Ectomycorhizes et Endomycorhizes, c’est leur nom ! Ces champignons microscopiques produisent des substances et des nutriments, qui non seulement, nourrissent les plantes alentour, mais repoussent aussi les nuisibles. Pucerons, chenilles, limaces…

Attention tout de même : parfois, les mauvaises herbes sont effectivement mauvaises. Le liseron des champs, l’Oxalis, le Chiendent et le lierre peuvent étouffer vos plantes. C’est là qu’il est peut-être judicieux de désherber. Le liseron des champs est particulièrement fourbe puisqu’il s’enroule autour des plantations. Il les étouffe, mais place aussi ses racines de façon à récupérer eau et nutriments à leur place. Une chose est sûre, il n’a pas volé son nom de « boyaux du diable ». Il faut donc savoir faire la part des choses, et définir si vous souhaitez avoir un joli massif de corolles blanches ou vos fleurs amoureusement plantées.

La solution de dernier recours : le désherbage

Que vous soyez pointilleux quant à votre gazon, ou inquiets pour vos jolies plantes, désherber peut être envisagé, mais attention ! Dans les règles de l’art.

Bien évidemment, tous types de désherbants chimiques et autres pesticides sont à proscrire. Comme dans notre assiette ou dans nos bons paniers de légumes, pas de compromis, c’est un grand NON ! Exit aussi les alternatives comme le vinaigre et le gros sel. Même si ce sont des produits naturels, ils peuvent s’infiltrer dans les nappes phréatiques. Et malheureusement, ils sont aussi mauvais que d’autres produits phytosanitaires, comme le glyphosate par exemple. Préférez l’eau de cuisson bouillante, une bâche, le paillis ou le désherbage thermique sans substances chimiques.

Aussi, pas besoin d’écouter les grandes enseignes de jardineries ou de succomber à l’appel du désherbage facile… Il n’existe pas vraiment d’outils miracle ! Une bêche, un petit couteau, et même une vieille fourchette suffisent. Un peu de temps et de minutie, et le tour est joué.

Oui, parce que bien désherber, c’est être minutieux, et choisir le bon moment. Pour les mauvaises herbes à fleurs qui vous dérangent, préférez le désherbage avant la floraison ! Sinon, elles risquent de se multiplier encore plus. Lorsque vous les couperez, vous risquez de libérer encore plus de graines qui leur permettront de renaître.

Et après, que faire des mauvaises herbes  ?

Si vous avez opté pour le désherbage, vos petites « indésirables » deviendront un fidèle atout !

Si vous avez désherbé manuellement, triez soigneusement les plantes, et vous pourrez en faire d’excellentes infusions, soupe ou encore en onguents. Encore une fois, cette astuce n’est valable que si vous connaissez parfaitement les plantes que vous ramassez et le traitement que votre terrain a pu subir au préalable…

Et si vous n’êtes pas sûr ou que vous ne souhaitez pas prendre le risque, vous pouvez les mettre dans votre compost, en faire un purin pour fertiliser votre sol ou en faire du paillis. Si vous optez pour la deuxième option, laissez bien sécher la plante et ses racines afin qu’elles ne s’implantent pas dans le sol.

Et pour les plus créatifs, vous pouvez en replanter certaines pour en faire des plantes d’intérieur. En extérieur aussi vous pouvez en faire des massifs, en essayant de maîtriser leur prolifération. Si vous les faites sécher, elles feront d’excellents nids douillets pour les hérissons, oiseaux et autres animaux qui parcourent nos jardins !

Vous l’aurez compris, les mauvaises herbes sont souvent utiles ! Que vous souhaitiez les retirer et les transformer, ou les garder, elles ont leurs avantages. Alors à tous les stressés du gazon, pas de panique. Vous verrez, la nature n’est que plus belle lorsqu’on la laisse faire. Et les producteurs et artisans de la bio le savent bien. C’est pourquoi chez BioToutCourt, vous ne trouverez que des producteurs et artisans à minima AB, qui travaillent avec respect. Alors, vous les aimez vos mauvaises herbes à présent ?

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.