Le DIY, tendance ou véritable art de vivre ?

Le DIY, tendance ou véritable art de vivre ?

Résumé

Le faire soi-même a le vent en poupe, et il y en a pour tous les goûts !

Dans les médias, mais surtout sur les réseaux sociaux, c’est sûr, vous n’avez pas pu passer à côté ! De la réparation de la branche de lunettes à la fabrication d’une étagère, en passant par les joints de carrelage, il existe des tutos « DIY » pour tout. Ajoutons, et même pour n’importe quoi. Et si vous vous posez la question, oui ! Ces tutos peuvent nous sauver la mise plus d’une fois. Ce ne sont pas nos meubles qui vous diront le contraire…).
Alors, d’où vient ce principe ? Comment le mettre en pratique correctement et durablement et surtout, plus qu’une mode, peut-il être un art de vivre ?

Les origines du DIY, le Do It Yourself

« Do It Yourself » signifie « fais-le toi-même ». Nommée ainsi en raison de son origine étasunienne, cette appellation a débarqué peu à peu depuis 2014 en France. Pourtant, le Do It Yourself a toujours existé ! Nos aïeux le pratiquaient déjà bien avant nos naissances. Pourquoi ? Tout simplement parce que cette pratique consiste à « faire soi-même ». Lorsque nos ancêtres raccommodaient leurs chaussettes, cousaient leurs blouses, fabriquaient leurs meubles ou leurs produits ménagers, c’est ce qu’ils pratiquaient.

Aujourd’hui, ce mouvement se décline en tendances. De la cuisine à la décoration, en passant par la couture, la décoration ou le bricolage, tout est prétexte. Au jardin, idem et même pour fabriquer des cadeaux que l’on a plaisir à offrir.
En opposition à la société de consommation boulimique ou véritable engagement citoyen, le plaisir de faire soi-même est bien présent.
C’est même la seconde raison principale évoquée par ceux qui le pratiquent.
Un sondage réalisé par la plateforme I MAKE met en lumière le fait que 96 % des personnes interrogées déclarent avoir pratiqué le Do It Yourself en 2020.
Rien que ça !
Boostés par la crise sanitaire, les foyers français semblent se tourner vers de nouveaux modes de consommation, le DIY en particulier.
Et ça ne se résume pas au batchcooking (déjà abordé dans un de nos articles) !
Suivez-nous, on vous emmène !

En cuisine !

Le sondage met en lumière l’alimentation. On note que 46 % des Français qui déclarent pratiquer le DIY parlent de la cuisine.
Exacerbés par la covid, les tendances culinaires et le « mieux manger », beaucoup de citoyens se sont tournés vers des produits plus sains. Les familles organisent mieux une les repas, que ce soit pour des raisons économiques ou éthiques.
Deux repas par jour au lieu d’un seul à la maison, les foyers se sont organisés et ont changé leur façon de consommer. Et Batchcooking, c’est le maître-mot ! Organiser vos plannings de repas et vos sessions de cuisine est un gain de temps considérable.
Et bien le DIY, c’est aussi faire vos propres conserves et bocaux. Consommer des tomates, des oranges et des fraises en hiver sans culpabiliser ? Des panais en été ? Les conserves et bocaux sont vos meilleurs alliés.
Et tout en bio, s’il vous plaît ! Fini le gaspillage, la culpabilité et bienvenue au plaisir gustatif, à la santé et au bonheur d’avoir fait soi-même !

DIY, parce qu’elles le valent bien !

Ce sont surtout les Françaises qui s’adonnent au DIY en matières cosmétiques. Avec le confinement, on a vu une explosion de la fabrication maison de cosmétiques.
Même si de nombreux sites proposent des guides et produits pour fabriquer des cosmétiques « maison » depuis des années, la tendance a explosé depuis 2015.
Et cette fois, ce n’est pas par souci d’économie. En effet, 82 % des Françaises se disent attentives à la composition de leurs produits de beauté. Et sur celles qui préparent leurs cosmétiques elles-mêmes, 44 % revendiquent une volonté de consommation éthique et responsable. Loin du greenwashing des grandes marques, des perturbateurs endocriniens et des listes d’ingrédients à rallonge, les adeptes s’y retrouvent !
Des produits ciblés, à leur goût, et qui correspondent à leurs besoins précis.
Et plus que la tendance et l’envie de produits plus sains, le DIY s’avère être un bon moyen anti-gaspi ! Se rapprocher du zéro déchet en éliminant tous les contenants inutiles, en réutilisant les contenants (coucou l’upcycling) et même en évitant le gâchis. Des produits à la DLU ou DLC dépassée peuvent être transformés en produits pour cheveux par exemple. Et chez BioToutCourt, on trouve aussi des producteurs et artisans qui vendent les matières premières ou les produits déjà transformés, le tout en bio ! Il faut sauter sur l’occasion.

Le DIY, l’allié mode ?

Lutter contre l’industrie polluante de la mode, c’est plus simple qu’il n’y paraît. Loin de nous l’idée de vous proposer de réutiliser un vieux foulard en guise de ceinture pour agrémenter votre look. Ici, parlons peu parlons bien : jeter un pantalon ou une chemise qui a un petit accro, c’est ça qui n’est plus tendance.
Avec la crise sanitaire, le leader du marché des machines à coudre, a déclaré une pénurie de stock dès avril 2020. Elle fonctionne depuis en flux-tendus.
Le temps passé en confinement a permis à chacun de développer de nouvelles compétences, y compris la couture !
Raccommoder en ajoutant une touche d’originalité à votre pièce, adapter la taille d’un vêtement, et même faire soi-même certaines pièces de sa garde-robe, les possibilités sont infinies.

Par ailleurs, la mode, c’est aussi l’intérieur ! Et l’upcycling a déjà fait toutes ses preuves. Transformer une vielle malle en table de chevet, un poulailler en vitrine, et un coffre en un abri pour hérisson, c’est une des recettes pour éviter de jeter. Les limites sont celles de votre imagination !

Alors DIY, entre tendance et art de vivre ?
Même les marques de la grande consommation s’y mettent : ferments lactiques pour yaourts, cosmétiques « respectueux de la peau et de l’environnement… ». Mais attention à ne pas tomber dans ces pièges ! Faire tout soi-même est un art de vivre, mais pas à n’importe quel prix.
Il est important de bien choisir ses produits. Des conserves oui, mais avec des produits bio issus des circuits ultra-courts !

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.