La malbouffe fait vendre, c’est un fléau à combattre !
La malbouffe fait vendre

La malbouffe fait vendre, c’est un fléau à combattre !

Résumé

La malbouffe peut prendre plusieurs formes, et pas les plus attendues… Alors, focus sur ce qu’est la malbouffe, et pourquoi l’éviter !

Il y avait un moment que nous n’avions pas poussé notre coup de gueule. Mais promis, nous allons bien. Enfin, mieux. Car cette semaine, nous abordons un thème qui nous fait bondir : la malbouffe.
C’est bien connu, la malbouffe fait vendre, surtout en GMS. Au sens strict, la « malbouffe » désigne les aliments néfastes sur le plan diététique. En effet, graisses, sucres et calories se bousculent dans ces produits, sans grandes qualités nutritives. McCanard, RoiBurger, mais plus généralement les FastFood et autres cochonneries en font partie. Cependant, nous sommes convaincus que la malbouffe, ce ne sont pas uniquement des aliments mauvais en terme de qualité nutritive. Suivez-nous, on vous emmène.

La malbouffe, dis, qu’est-ce que c’est ?

Comme nous venons de le voir, stricto sensu, le terme de malbouffe ne désigne qu’une partie du problème.

En réalité, ce terme, apparu dans le dictionnaire en 1999, peut être appliqué à d’autres catégories d’aliments. Un indice ? Si l’on vous dit additifs, pesticides, … Au final, on peut appliquer cette locution à tous les aliments ultra transformés.

Selon l’Inserm, les aliments ultra transformés ont en général une qualité nutritionnelle plus faible. Mais pas que ! On note bien évidemment la présence d’additifs de tous types (conservateurs, édulcorants, émulsifiants, texturants, colorants…).

Pire, malgré tous les ajouts et les modifications subies par l’aliment, le produit final a une qualité nutritionnelle médiocre. En résumé, vous mangez chimique, salé ou sucré, gras, mais vous n’êtes pas repu.

Alors, vous faire un bon hamburger avec un petit pain bio, des bons fruits et légumes issus de circuits courts, une pièce bouchère chez un artisan respectueux… Ça ce n’est pas de la malbouffe. Il faut savoir se faire plaisir. Alors non, pas besoin de bannir pizza, burgers, frites ou autres, tant qu’ils sont faits avec des aliments sains ! Alors, laissez-vous tenter, mais pas par n’importe quoi.

Pourquoi la malbouffe fait vendre ?

C’est très simple : la malbouffe, c’est rapide. C’est sûr, il est facile d’ouvrir un paquet de chips, ou de réchauffer un plat en barquette. Mais comme vous le savez déjà, ce n’est évidemment pas la solution.

On notera également la surabondance de publicités et spots pour toutes les marques possibles et imaginables… Jambons bourrés de nitrites, plats « préparés » avec plus de conservateurs que de produits frais…

Malheureusement, la première cible n’est pas celle que l’on croit. Ce sont les enfants qui sont en première ligne face au matraquage marketing. Couleur, packaging, mise en scène, influenceurs, publicités, rayons bien organisés avec les produits phare à hauteur des enfants… Selon une étude du Docteur Jennifer Harris publiée dans la revue américaine Health Psychology, les enfants exposés à des publicités alimentaires grignotent 45 % de plus que des enfants non exposés à une publicité alimentaire.

Pour les adultes, ce n’est pas meilleur : ils consomment un tiers de plus de malbouffe à grignoter que les adultes non exposés à ces fameuses publicités.

La publicité encourage donc les comportements de grignotage, et d’achats compulsifs, ce n’est pas nouveau. Elle influe sur les comportements alimentaires des adultes et des enfants : on mange moins bien, et plus ! En fait, le grignotage est une compensation pour notre cerveau : sensations mêlées, goûts chimiques mais surprenants… Ils rendent notre cerveau fou grâce à des textures et des couleurs, des goûts inattendus. Alors entre ces biais de notre cerveau et les publicités, difficile de résister.

Et évidemment, les communications ne sont pas celles des marques vertueuses, bien au contraire. C’est la raison pour laquelle la malbouffe fait vendre !

Alors que faire pour reconnaître la malbouffe ? Pourquoi et comment l’éviter ? Zoom sur quelques points d’attention.

Malbouffe : un fléau à connaître et à éviter 

Nous avons donc dégagé une définition plus large de la malbouffe. Elle est partout, là où les produits sont sur-travaillés et bourrés de substances chimiques. Et comme vous l’aurez saisi, il n’y a pas de recettes miracle pour l’éviter. Il suffit de bannir tous les produits ultra transformés de votre alimentation.

Pourquoi les bannir ? Outre les effets déjà connus et relatés dans notre article sur les additifs, les études ont de quoi inquiéter. Selon l’Inserm, on observe une corrélation entre la consommation récurrente d’aliments ultra-transformés (la malbouffe), et les risques de cancer, de mortalité, de maladies cardiovasculaires, de troubles digestifs et autres symptômes indésirables. Alors si tout cela ne vous convainc pas, nous ne savons plus quoi faire.

Peut-être que ce dernier argument suffira à vous convaincre… L’empreinte carbone ! En ce qui concerne la malbouffe, aller chercher en point relais ne suffit pas à vivre décarboné. En fait, les produits ultra-transformés sont difficilement traçables, et ce notamment car ils sont faits avec de nombreux composants. Et la plupart du temps, ces ingrédients sont de basse qualité, et de provenance lointaine.

Vous le savez : bien manger, c’est connaître ce que l’on mange. Provenance, élevage, culture, préparation, saison… Avec la malbouffe, on a tout un tas d’ingrédients qui viennent de partout, ce qui signifie un énorme empreinte carbone. Alors, vous le comprenez, même les petits plaisirs sont coupables…

Mais pas de panique ! Chez BioToutCourt, nous ne sommes pas parfaits, et il y a certains produits qui peuvent nous faire de l’œil. Alors on trouve des alternatives avec des produits bio et locaux ! Une barre chocolatée au caramel et aux cacahuètes ? Un burger et des frites ? Une pizza ? Des bonbons ? Qu’à cela ne tienne ! Trouvez un producteur ou artisan près de chez vous sur BioToutCourt ! Après tout, la gourmandise n’est pas un vilain défaut si elle est contrôlée !

Oui, c’est sûr dorénavant, la malbouffe fait vendre, et n’a pas besoin d’être vendue par des fast-foods ou restaurants rapides douteux pour en être. Et encore une fois, la GMS nous prouve qu’il vaut mieux se tenir éloignés d’elle. Certes, une bonne pizza ou un bon burger peut donner envie, mais rien de mieux que de le faire chez soi ! Et pour cela, on choisit de bons produits, frais, bio et locaux. Avec BioToutCourt, retrouvez les artisans et producteurs près de chez vous ! Alors, un burger maison, ça vous tente ?

Partager :FacebookTwitter

Instagram

Error validating access token: The session has been invalidated because the user changed their password or Facebook has changed the session for security reasons.