La consigne ou le réemploi, mieux que le recyclage !
réemploi

La consigne ou le réemploi, mieux que le recyclage !

Résumé

Le réemploi est meilleur pour notre planète que le recyclage du verre. Revenons à la consigne !

Nous entendons depuis plusieurs années, que le meilleur emballage est celui qui n’existe pas. C’est l’occasion de rendre hommage aux nombreuses familles qui se lancent dans l’aventure du zéro déchet, zéro wast, pour les amateurs d’anglissisme.  

Parlons maintenant de la consigne et du verre.
Savez-vous que seulement 60 % des bouteilles en verre sont issues du recyclage (source ADEME) et que le reste du temps, on peut parler d’usage unique ? Bien dommage, n’est-ce pas ?

Où est le bon sens de nos anciens qui collectaient leur verre, le rapportaient et retrouvaient leur consigne prépayée au moment de leur achat ?
C’est sans compter sur la vague des années 80, déferlante du plastique ! Inutile de vous raconter l’histoire, nous en avons tous été victimes et acteurs à la fois.
L’état cautionne et préfère produire, brûler et refondre à l’infini le verre alors que le lavage serait tellement plus simple.
Ainsi, la production de plastique continue de se développer. A hauteur de 4 % par an, cela favorise les industriels de l’emballage… Vous avez dit lobbies ?? 

Pourquoi est-il urgent d’agir ? 

– le plastique est le déchet le plus courant des cours d’eau, petits ou grands.
– la moitié des emballages ne sont jamais recyclés.
– chaque humain ingère chaque semaine l’équivalent en poids d’une carte de crédit.
– le littoral recule faute entre autres à l’utilisation abusive de sable. Ainsi des constructions dont l’emprise sur les mers est de plus en plus importante. Et nous ne parlons même pas du dérèglement climatique.
– les collectivités trouvent dans le déchet une manne financière. Ainsi, pourquoi voulez-vous faire baisser les déchets ou trouver les façons de les réduire lorsque l’on a un intérêt dans l’affaire ? Conflit d’intérêt ???

Le réemploi est plus vert, pourquoi ?

– On peut réduire jusqu’à 70 % des émissions de gaz à effet de serre et 60 % de rejet de dioxyde de soufre.
– On économise 40 % d’eau.
– Le recyclage du verre pilé nécessite d’être chauffé à plus de 1500 degrés pour être fondu. La technique utilise le pétrole, ressource naturelle non-réutilisable.
– La démultiplication du plastique génère, outre le coût écologique de sa fabrication, davantage de déchets. C’est autant de contenants en plastique qui ne seront pas rejetés dans la nature !  
Nous soutenons l’idée qu’il est urgent de réorganiser les filières de l’emballage !  

Et si nous rentrions dans une économie circulaire porteuse de réemploi ?

 – Mobilisons et encourageons les initiatives de collecte dans tous les commerces et bâtiments.
– Soutenons les efforts des entreprises avec des primes d’aide à la mobilisation.
– Imposons aux embouteilleurs quelques modèles uniques de bouteilles et de contenants en verre. Ainsi, le réemploi serait plus facile (adieu aux formes variées dont l’intérêt est purement marketing).
– Consommateur, le pouvoir est dans nos modes d’achat. En achetant uniquement des produits en vrac et en apportant vos contenants chez vos commerçants, nous faisons un geste fort. Nous signalons également que le mouvement est en marche.

Où est-ce que cela fonctionne déjà ?

Saluons nos voisins belges, allemands et suédois qui ont déjà mis en place la consigne.
Fort de la porosité de ses voisins germaniques, la région alsacienne montre l’exemple. 30 % des magasins de la région sont équipés de machines de reprise de consignes.
En France, dans le CHR (Café Hôtel Restaurant), seulement 35 % sont consignées là où l’Allemagne arrive à plus de 80 %.  Même si les pouvoirs publics ne se sont pas réellement engagés (mélanger recyclage et réemploi n’est pas la meilleure façon d’aborder le sujet.), 89 % des Français sont favorables à la consigne (Ipsos).

Quelques initiatives fonctionnent en France portées par des associations comme Bout’àbout’ en Pays de Loire. 

Partager :FacebookTwitter
Rejoignez la discussion