Les 10 raisons de croire ou non en l’hydroponie, l’aéroponie ou l’aquaponie

Les 10 raisons de croire ou non en l’hydroponie, l’aéroponie ou l’aquaponie

Résumé

Ces techniques mettent en avant le principe d’un circuit fermé qui se régénère naturellement… ou presque et c’est sans doute ce presque qui peut irriter.

Mes premiers souvenirs se situent dans les années 80 à l’occasion d’une visite à la Cité des sciences et de l’Industrie. Je me souviens d’être entrée dans une serre et de mon regard émerveillé devant des plantes cultivées hors sol, sans terre. L’avancée de la science m’avait envahie et je ne soupçonnais pas que plus de 30 ans plus tard, ces méthodes seraient capables de nourrir une partie de la planète.

Je savais que le système n’était pas nouveau en me remémorant les jardins suspendus de Babylone et les marais salants capables de donner du sel mais également les fameuses salicornes que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Mais, comment produire sans terre ? 

Engagée dans l’environnement depuis une bonne dizaine d’années, mon regard a forcément évolué et un scepticisme s’est installé quant à ces techniques.

Regardons d’un peu plus près !

Une définition courte de chacun de ces termes va nous permettre d’y voir plus clair.

Hydroponie : eau + travail (effort) 

Aéroponie : introduit la notion de hors-sol 

Aquaponie : système qui réunit la culture avec l’élevage de poissons

Ces techniques mettent en avant le principe d’un circuit fermé qui se régénère naturellement… ou presque et c’est sans doute ce presque qui peut irriter.

Ces systèmes ont sans doute leurs forces et c’est pour ces raisons que l’on peut manger des fraises en hiver ou des tomates toute l’année. Enfin, ceux qui les achètent !

1 Parmi les avantages mis en avant par les défendeurs de la culture hydroponique, il est défendu que ce processus accélère nettement la maturation et permet plusieurs récoltes dans l’année.

2 D’autres vous diront que les légumes et fruits poussent de façon optimale car tout est calculé pour que la température soit stable, que le taux d’hygrométrie soit parfait et qu’enfin l’air soit suffisant pour permettre une culture d’exception.

3 En hors-sol, les cultures se font sans terre et se libèrent ainsi des contraintes liées aux cultures terriennes traditionnelles. 

4 La terre est remplacée par une solution nutritive optimisée. Pas de mauvaise ou bonne récolte.

5 L’économie en eau est également optimisée car recyclée à l’infini

6 C’est une alternative contre l’épuisement des sols particulièrement dans des pays à forte sécheresse et compte tenu du dérèglement climatique une solution en devenir pour toute la planète.

Mais…

6 Quid de l’éclairage ? Des légumes qui ne voient pas le jour consomment néanmoins de l’électricité que l’on sache car sans lumière, pas de jour artificiel ! 

7 Une technique grosse consommatrice d’énergie fossile qui participe au dérèglement climatique est-elle louable ?

8 La monoculture rend plus vulnérable la propagation des mauvaises bactéries.

9 Une culture grosse consommatrice de plastique jusqu’à la commercialisation en barquettes en plastique à usage unique est-elle vertueuse ?

10 Les fonds financiers massifs investis dans l’hydroponie montrent le potentiel lucratif qui n’en est qu’à ses prémices. 

Attaquons-nous aux causes qui malmènent notre environnement plutôt que de trouver des solutions artificielles.

Devons-nous prendre soin de notre terre en permettant à dame nature de conserver son rôle de réservoir des éléments nutritifs nécessaires au bon développement des végétaux ou à contrario, devons-nous laisser galoper l’inventivité de nos chercheurs qui proposent des solutions certes intéressantes mais quand la terre est stérile ce qui n’est le cas que dans certaines parties du globe ?

Investissons dans la sauvegarde de notre environnement !

Pour ma part, je continue à consommer des produits locaux et de saisons à minima bio pour limiter le taux de pesticides et l’emprise de cette industrie sur notre quotidien. 

Hydroponie, aquaponie, non merci !

Partager :FacebookTwitter
Rejoignez la discussion