Focus sur le métier de Savonnier – maître savonnier
savonnnier

Focus sur le métier de Savonnier – maître savonnier

Résumé

Chronique sur les métiers issus de l’agriculture ou de l’artisanat
Épisode 3 Savonnier – maître savonnier

Nous vous présentons depuis le début de l’été des métiers de la production agricole ou de l’artisanat. Nous avons à cœur de mettre en avant des activités à la fois ancestrales et pourtant bien ancrées dans notre époque.

Petite historique

Savez-vous que la création du savon est vieille de plus de 4 000 ans. Les sumériens, puis les égyptiens fabriquaient déjà une sorte de pâte savonneuse. Ce savon était utilisé pour le lavage du linge et également pour soigner les maladies de peau.
Il faudra attendre le 7ème siècle pour voir cette matière solide traverser la méditerranée et arrivée à Marseille, véritable plaque tournante de la méditerranée.

Et oui, tout comme le pruneau d’Agen, le savon de Marseille n’explique pas une production locale, mais bien l’endroit où les matières premières arrivaient/repartaient par bateau. Ainsi naturellement, l’artisanat local s’est développé autour des ports.

Ce n’est qu’au 17ème siècle, sous l’impulsion d’un édit de Colbert que le savon atteint un véritable statut. Le savon de Marseille est enfin régi par des règles de fabrication.
L’âge d’or est celui du 19ème qui impose une grande diversification aidée par l’industrialisation rendue possible par l’arrivée de l’électricité. Les normes d’hygiène nécessaires en font un produit de première nécessité.

Une expansion galopante stoppée par la Première Guerre Mondiale et le manque de matière première. Ainsi, naît le savon de synthèse dont nous connaissons maintenant tous le développement et osons dire, les dérives. Le savon sans savon existe bien !

Malgré tout, la savonnerie traditionnelle persiste, perçue comme pittoresque, voire ringarde.  La fabrication de produits « agressifs » se développe à outrance avec des matières premières bas de gamme. Cependant, les amoureux des bons produits ont su faire la différence Une nouvelle clientèle en quête de naturel et soucieuse de l’environnement fait le choix de produits sains. Parfois même, le savon est considéré comme un produit de luxe avec des fragrances subtiles et personnalisées.

Le métier de savonnier tend ses dernières années à s’intensifier avec l’installation de passionnés un peu partout en France et pour notre plus grand plaisir.

Quelles qualités et quelles compétences ?

Tout comme le métier de brasseur pour lequel nous avons rédigé un article, le métier de savonnier est technique. C’est un métier de chimiste. Il est indispensable de bien connaître les procédés de fabrication. Sans connaissances des plantes et de leur propriété, pas de bon savon !

Méthode, créativité, patience et minutie sont les qualités indispensables.

Comme pour l’ensemble des métiers de l’artisanat, une certaine polyvalence est nécessaire. En effet, il s’agit aussi d’être bon en gestion et doté d’un véritable sens commercial. Tout cela pour une seule personne, bigre !

Les étapes principales pour un bon savon artisanal

  • Formulation avec des éléments bruts non transformés (huiles essentielles, colorants naturels)
  • Saponisation à froid, la fameuse réaction chimique
  • Coulage, démoulage, façonnage, séchage et conditionnement

Le respect du temps de repos est indispensable.

Pourquoi un bon savon est un savon à froid ?

Tout d’abord, pour vous car il est confectionné avec des matières premières non transformées.  Ceci vous assure une qualité optimale pour votre épiderme ! Une utilisation
Le savon à froid est totalement biodégradable ce que ne propose pas le savon industriel.
Sa fabrication consomme moins d’énergie avec des étapes manuelles dans la plupart des cas.

Évoquons le chat, celui de Philippe Geluck, même pour une toilette de chat 😉.
“Le rire est le propre de l’homme, le savon aussi…” !

Vous cherchez des artisans savonniers de la BIO, retrouvez-les sur notre site.

Vous êtes artisan savonnier de la BIO, pré-inscrivez-vous sur notre site, Tout est gratuit pour vous !

Partager :FacebookTwitter
Rejoignez la discussion